Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog



Campagne blog sans pub
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 02:59













Tout cela pour vous dire que je n'ai absolument pas peur des araignées, pas plus que des souris ou des rats, ou des chiens ou des chats ou de quelque animal qu'il soit. (sauf les crocodiles)

L'araignée est sur mon plafond et elle fera sa vie comme elle veut. D'ailleurs, c'est moi qui l'ai dérangée.

L'araignée est un animal très utile puisqu'en tissant sa toile, elle se substante de pleins d'animaux, microscopiques et même pratiquement invisibles à nos yeux.

La peur des araignées n'est pas une vraie peur, mais une peur inculquée. Il vous faut combattre cette peur. Tout comme la peur des requins. Les requins n'aiment pas la viande humaine. Faiut le savoir ça aussi.
Le plus grand prédateur, c'est l'être humain.

donc MOI.

TU AS PEUR DE MOI ?
Repost 0
Published by bellelurette - dans balades et découvertes
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 23:04
Mon dieu mon dieu, j'ai failli oublier le 27 thème de la communauté à laquelle je suis inscrite dont le thème est "demain".
Il est vrai que ce n'est pas une obligation.

Donc pour moi demain c'est ça :


Des factures et de la paperasse en veux-tu en voilà.

Je sais, la photo n'est pas bonne, mais elle résume bien ce que l'on n'aime pas faire. Des choses que l'on repousse toujours à demain juqu'au moment ultime.

Et demain, c'est LE JOUR !!!

Repost 0
Published by bellelurette - dans bellelurette
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 19:36
Ce coup-ci, c''est aujourd'hui pour aller acheter mon poison à la gare.
Je suis donc dans le tram et juste avant de sortir, je vois un vieil homme et sa canne, avec un mouchoir maculé de sang. Il me montre ses blessures, dont la dernière qui est ouverte, je lui dit que surtout, dès qu'il arrive chez lui il se désinfecte. Nous n'avons pas trop le temps de parler puisque nous arrivons à la station. En plus il est sourd.
Je le maintiens jusqu'à l'ouverture des portes, et là, une rimbambelle d'écervellées veulent rentrer avant que nous soyons sortis. Et nous bousculent. Moi ce n'est pas grave, mais ce vieux monsieur qui tient à peine sur ses jambes, non. Je fais garde-corps entre lui et ses étournelles et leur demande de laisser le passage pour laisser sortir le monsieur, tout en expliquant que l'on laisse sortir les gens d'abord et que l'on rentre après.
Dans ce mouvement, afin de laisser sortir ce vieux monsieur, j'ai fait barrage avec mes pieds et mes mains, afin de faire reculer la foule qui était toute petite, pour que le vieux monsieur puisse sortir, tranquille.
Et là, qu'est-ce que j'entends ?
"Tu ne touches pas à ma soeur, ok ?"
C'était la grande soeur d'environ 13 ans qui protégeait la petite qui devait en avoir sept ou huit.
Putain de rebeu de merde, merde.
J'en ai rien à taper de ta soeur, de ton frère ou de qui que soit.
Le respect, cela s'apprend dès le début et on laisse les gens sortir avant de rentrer. Point.
J'aide le monsieur à sortir et je l'abandonne à son triste sort, car je ne suis pas assistante sociale.
Je vais acheter mon poison et il me prend une envie de pisser, mais grave de chez grave.
Comme je fais de l'incontinence urinaire, comme toutes les vieilles qui se respectent, je sens une goutte qui commence à me couler entre les jambes.
Vite vite un bar, vite vite un chiotte.
J'arrive devant un bar où je sais que les toilettes sont tout de suite à gauche en rentrant.
Et de là je vois un type, en terrasse, qui se lève pour y aller.
Il allait juste fermer la porte quand je lui dit que je n'en pouvais plus.
Grande classe le monsieur, il me laisse la place en me disant qu'il pouvait attendre.
Je me soulage, ouh que cela fait du bien, et dans mon grand coeur, pour le remercier, lui offre à boire.
Et me voici attablée avec un chauffeur de taxi de nuit, la personne qui m'avait laissé la place et un fou.
Mais alors un fou de chez fou. Un Jim Carrey en vrai. Qui ne faisait que grimacer, sauter du coq à l'âne, presque passer du rire au larmes, criant soudain à tue-tête, puis se mettre au repos. Pas vraiment méchant, mais tout de même agressif. Pour me dire ; "Va jouer dans ta cour" et dès que je ne faisais plus rien, venait chercher mon approbation. Pas un fou total, mais tout de même un bon vieux fou des familles. Qui veut que tous les regards soient tournés vers lui. Qui n'écoute pas les autres. Un bon vieux fou égoîste qui va se rappeler que telle personne lui doit deux francs il y a vingt ans,  mais qui perd son fric de maintenant, il ne sait pas comment.

Bouuuh, au bout d'un moment, bien que cela m'amuse un peu, mais franchement très peu, je me suis enfuie.
J'ai tout de même demandé le numéro de téléphone de la personne courtoise.
Je l'ai appelé il y a une demi-heure environ, il était toujours au bar ! Soi-disant.

Et bé, pour un type qui devait prendre un train pour rentrer sur Nïmes...

Et parlons de l'autre, le chauffeur de taxi de nuit. Soi-disant il vient juste de commencer le métier et est à son compte. "Ca va les affaires ?" lui  ai-je demandé ? Oui, je débute et cela va bien". Mon cul oui !

Il n'y a pas plus menteurs que les hommes. Enfin vis-à-vis des femmes, ils ne lâchent pas le morceau facilement.  Je sais très bien que le boulot de taximan est très difficile. Que cela soit ceux du jour ou de nuit. Et qu'ils soient affiliés à une compagnie ou à leur compte.

Bref, ce fut une rencontre très brève et très drôle, j'ai bu un demi avec trois garçons, avec l'illusion que j'étais bien accompagnée. Avec un soleil sympathique qui jouait derrière les nuages et une bonne ambiance de printemps Avec un arrière-goût amer tout de même que je n'avais rien à foutre avec eux. Plus jeune, je pense que je me serais attardée, l'occasion faisant le laron. Mais là... non, c'était trop, je n'ai plus l'âge pour ce style de fadaises..




Repost 0
Published by bellelurette - dans balades et découvertes
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 16:33
C'était vendredi et il m'a fallu prendre ce transport en commun à 17H30.

Bondé qu'il était l'animal. Et dans ces cas-là, je suis claustro-agora tout ce que vous voulez, mais je me sens extrêmement mal. Un gentil jeune homme m'a proposé de m'asseoir sur un strapontin ce qui n'a pas été de refus car je commençais à tourner de l'oeil avec des sueurs froides. Je me suis bien calée dans ce siège de fortune et je n'ai plus bougé, les yeux fermés,  jusqu'à temps que l'on arrive à une certaine station, Place de la Comédie pour ceux qui connaissent, et là ce fut le rush. Ouuuuuuuuuf !!!!

Ainsi, j'ai pu trouver une autre place assise, bien plus confortable et reprendre un peu mes esprits.

Et voici ce que j'ai vu :


Mais comment on fait pour marcher avec des trucs pareils, dans le tram, a une heure de pointe ? La base est toute en bois et les talons hyper hauts. La pauvre n'arrêtait pas de gesticulier, normal, elle se trouvait sur la plate-forme de jonction entre deux wagons.
C'est sûr, cela doit être une question d'habitude, moi-même jeune j'ai porté des sabots compensés, d'ailleurs je me suis tordu les chevilles plein de fois dans le métro parisien.
Juste pour les puristes, la tâche bleue sur son pied gauche, ça c'est sûr elle a une autre paire de chaussures qui déteignent.

L'histoire drôle, c'est que lorsque je suis arrivée à ma station, une femme sort avec son petit garçon. La femme parle dans son téléphone portable. Elle a le teint mat et les cheveux frisés. Le petit garçon est tout roux comme moi. Et délicieusement, il met sa main dans la mienne et nous marchons une trentaine de mètres ainsi, juste derrière la maman. "Ah ba ça alors !!!", dit-elle en se retournant. "Normal" lui dis-je, "nous avons la même couleur de cheveux". "Et bien, nous ne voudriez pas devenir sa nounou, car il est insupportable" me rétorque-t-elle.
La maman et l'enfant de nouveau réunis, j'ai bien vu qu'il avait un sacré caractère.
Moi nounou ? D'un môme de trois ans ? Même pas en rêve !!!

Mais j'ai adoré ce petit moment de tendresse, cette petite main douce dans la mienne.

Repost 0
Published by bellelurette - dans balades et découvertes
commenter cet article
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 07:54
Ce matin, j'ai ressorti mon vieil apn tombé dans l'eau de vaisselle,
et je crois que j'ai bien fait, car je trouve qu'il fait de meilleures photos que le nouveau.


Ainsi, je  suis allée faire quelques clichés des magnolias roses qui ornent le parvis de la fac.


Elle est marrante celle-là, vous ne trouvez pas qu'on dirait un oeuf au plat sous la fleur de droite ?



C'est beau n'est-ce pas ?
Vous aurez pu remarquer que les fleurs en bouton sont très rouges, et que plus elles s'ouvrent,
plus elles montrent leur blancheur de l'intérieur de leurs pétales.



Et oui, faut bien que je vous montre l'environnement.
La différence entre les lignes bien droites des bâtiments de la fac
et la façon dont ce magnolia rose orne ceux-ci.



Perso, j'aime bien ce contraste entre le rose-presque violet des magnolias et le bleu de la camionnette, pas vous ?



Chic, il y a des branches fleuries qui dépassent du petit muret...






La voiture en est toute éblouie !


Passons à Bouddha, sur le conseil de quelqu'un,  je l'ai emmené en promenade chez les jonquilles...




C'est peut-être joli, pour la photo, mais quand même, ce n'est pas ça place, hein, qu'est-ce que vous en pensez ?
Repost 0
Published by bellelurette - dans balades et découvertes
commenter cet article
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 19:36
Hier,  j'avais rendez-vous avec mon médecin traitant et référent à 18h30.
Je ne l'avais pas vue (et oui, c'est une femme) depuis décembre et il faut dire qu'elle me manquait.
Certes, j'ai un autre médecin en bas de mon immeuble, qui est le fils de la pharmacienne et dont le cabinet jouxte l'officine. C'est pratique. Enfin c'est pratique quand on a le temps car il reçoit sans rendez-vous.. J'ai le temps. Mais j'ai une sainte horreur d'attendre dans les salles d'attente. Alors lorsqu'il y a du monde, hop, je retourne chez moi, et y retourne et si c'est la même salade, hop, je retourne chez moi et je redescends jusqu'à temps de trouver le bon créneau.
S'il y a deux personnes dans la salle d'attente, c'est bon. Plus, je me barre.
Donc je suis allée chez celui-ci pour mon poignet foulé, prescription de médocs, atèle et séances de kiné.

Mon médedin traitant et référent, ce n'est pas pareil.
D'abord il faut prendre rendez-vous et elle prend tout le temps qu'il faut pour vous ausculpter.
Elle prend systématiquement la tension, le pouls, vérification des oreilles, de la bouche, etc.
Mais elle a toujours du retard. Normal, car elle fait son boulot à fond.

Je suis rentrée dans son cabinet à 19h15.
Mais avant de rentrer, comme j'étais seule dans la salle d'attente et que la nuit venait de tomber, une angoisse sourde est venue m'oppresser.  La salle d'attente est au rez-de-chaussée dans un endroit qui craint. N'importe qui peut rentrer et foutre le bordel, voire m'agresser ou l'agresser elle.

Rien de tel ne s'est passé.
Nous étions contentes de nous voir et après avoir fait le point sur mes différentes pathologies (entrecoupé de plusieurs coups de fils de malades auxquels elle répond, car c'est l'heure..),  elle me fait mon ordonnance et est toute contente de finir si tôt. Car souvent elle finit vers 23h ou 24h !!!!!

Elle m'a raconté un truc de dingue. Le jeudi matin, elle n'exerce pas et va dans une salle de gym. Tôt. Elle met même le réveil pour se forcer à y aller. Il faut comprendre que les trois jours précédents, elle a déja fait quarante heures.

Et ce bourrin qui lui dit : "Allez madame, plus haut la jambe". Ce à quoi elle a répondu : "Laissez mon corps m'adapter..." c'est pas ça l'expression qu'elle m'a dit mais je sentais qu'elle en avait gros sur la patate.

Comme-ci une femme qui avait déja bossé 40 heures en trois jours (et les malades, il faut se les coltiner), plus très jeune de surcroît, pouvait lever la jambe comme une jeunette qui a avait bien dormi.. Alors qu'elle était extrêmement fatiguée. Maintenant, on lui fiche la paix et elle fait ce qu'elle peut. C'est un médecin, merde !

Et les médecins subissent tant de pressions. Et il n'y a pas que du côté des patients. Du côté de la sécu aussi.

Bref, nous avons fini notre visite pour qu'elle me dise qu'elle aussi était un être humain et qu'elle était bien contente de pouvoir fermer son cabinet si tôt... 20h15 il était !!!! Et elle fait des journées non-stop.

Je sors de là, j'avais une faim de loup. J'entends des chiens aboyer, pleurer. Mon angoisse sourde me revient en pleine gueule.
Je sens des mauvaises vibrations.
Je marche sur la passerelle et je vois une voiture de flics.
Dès que je suis arivée au bout de la passerelle, je vois une armada de flics qui courrent dans tous les sens et la voiture qui roule à fond les manettes.
A ce moment-là, vite fait, je me suis posé une question dans mon petit ciboulot. Tu évites ce bordel et tu fais un détour ou tu rentres dans le bordel ?

Mes pas et ma curiosité m'ont dirigé vers le bordel. Purée, cela courait de partout. C'était la course aux gendarmes et aux voleurs.

Sur mon chemin, un homme à terre, menoté par derrière et le flic qui parlait dans son talkie-walkie avec les autres tout en le maintenant sec.

Je n'avais jamais vu ça de ma vie, surtout passer à côté d'un type serré, qui lève la tête comme un prisonnier....

Partout autour, c'était une course poursuite.

Je ne connais pas les tenants et aboutissants de cette histoire. Mais vu le nombre de flics et le déploiement qu'ils ont eu, je suppute qu'ils étaient en train de démanteler un réseau. De drogue sans doute. Enfin, je n'en sais rien.

J'ai vu aussi un type courrir avec deux flics derrière, la main sur le flingue.

Moi, j'ai fini de prendre mon chemin et je suis allée chez le pizzayolo-kebab du coin pour me commander à manger.
Tout était tranquille. Malgré le froid, ils fumaient leurs clopes dehors et n'avaient rien vu.

Comme quoi c'est une histoire banale. Ou que certaines personnes en couvrent d'autres.

Mais pour moi, je suis sûre que ce n'est pas une histoire banale. Ce n'est pas une petite histoire de vendeurs de shit. On ne menotte pas sur le sol un revendeur de shit. Surtout quand on voit dix flics qui courent après d'autres personnes qui courent pour s'enfuir. Ils voulaient démantibuler un réseau. Quand on pense que c'est à la maffia que tout profite, c'est cela qui fait fait froid dans le dos.

Ce putain de système de maffia, riche à milliards, existant partout dans le monde, exploitant tout ce qui existe, et bien sûr la drogue et ses dérivés. La maffia qui est au sein de tous pouvoirs politiques, qu'el qu'il soit de par le monde.

La maffia, avec laquelle chaque gouvernement doit composer, dans l'ombre. Car elle subvensionne.
La maffia dont le filon principal est la drogue. Des milliers de champs entiers de pavots sont cultivés à travers le monde, en toute impunité, car sous couvert de la recherche médicale, puis exploités par des petites mains, payées trois fois rien pour la récolte.

Et du pavot, q'est-ce que l'on tire ? Opium, héroine et morphine.

Les personnes de la maffia se sont surout attaché à l'héroine. Car c'est un alcaloïde qui rend dépendant. Et la dépendance dit argent, sou-sou dans la po-poche.

Pour calmer le manque, il y avait la morphine. Sublime morphine qui fait tout oublier.


Je vous raconte tout ça, car j'ai testé, une fois ou deux, mais jamais je ne suis tombé dans le piège, ouf !.

A presque 57 ans, je peux raconter ma vie... il est vrai que j'ai fumé de l'opium et du bon, je devais avoir 19 ans, cela ne m'a pas laisé un souvenir impérissable sinon une envie de dormir.

L'héroine aussi j'ai testé, plusieurs fois. Bof ce n'est  vraiment ma came !!!

Parlons maintenant de la morphine. C'est un anti-douleur total. Cette substance est maintenant bien contrôlée dans les hopîtaux car, en fonction de la pathologie du patient, elle lui permet de ne pas souffrir. Je parle là des grands accidentés de la vie. Ainsi, ils ont une pompe à morphine qui, à travers leur perfusion, leur permettent de ne pas souffrir. Et de dormir aussi.

Feue ma mère, qui avait un cancer généralisé, et qui souffrait tant, a accepté la morphine dans la fin de sa vie.
A ce moment-là de sa vie, elle a compris que ce n'était pas une drogue, mais un soulagement..

Mais revenons à mon titre "Flag". Car il y a une liaison. Ces personnes, peu importe pourquoi elles se sont faites serrées. Elles étaient peut-être "le maillon faible", hélas pour elles, mais qui permettront à la police de démantibuler un réseau beaucoup plus important. Dans le genre traffic de filles de l'Est...

Telle que jel l'ai vue, l'intervention était si musclée, qu'il ne s'agissait pas d'arrêter de vulgaires dealers de shit. On ne met pas un homme à terre, menottes par derrière pour ce style de délit. On ne voit pas de mes yeux vu, plein de personnes qui courent dans tous les sens et plein de flics qui courent après, la main sur la gâchette.

Comme je sortais de chez le médecin et que j'avais une faim de loup, je suis allée me réfugier chez le kébab le plus proche de chez moi, mince j'ai l'impression de me répéter, tant pis. Le patron et un des clients tirent leurs clopes, tranquilles dehors. Après avoir discuté avec eux, ils n'ont rien vu, rien entendu. Zont pas les oreilles fines les gars..ou alors veulent pas savoir... ou alors ils sont de mèche.. tout cela me passe par la tête en attendant ma pizza.

Une fois chez moi avec ma pizza, tout en ayant une trouille, bon pas bleue, mais une trouille quand même, je me suis bien barricadée car des énergumènes faisaient les cons dehors, criaient à tue-tête et tapaient dans n'importe quoi, surtout dans des panneaux de signalisations.

Mais c'est quoi ce monde de merde ? Ou plutôt où est la faille ? Toute ma vie je me poserai cette question. Pourquoi et à quel moment avons-nous déviés ?

Oui je crois en Dieu, mais sûrement pas le Dieu des églises. D'ailleurs Dieu n'est pas une croyance, mais un fait établi. Dieu n'est pas là-haut, mais en toute chose, il est dans le minuscule comme dans le grandiose.
C'est la vie qui anime toute chose. Point barre. Après, toutes les interprétations que l'on puisse en faire, c'est cela qui amène les guerres de religions.

Maintenant, comme l'homme est toujours en quête, plus il se tournera vers l'extérieur et plus il se perdra. Les personnes avides de pouvoir ne le conquièrent jamais. Malheureusement, nous sommes régis par certains, disons dans notre vie extérieure, mais nous avons toujours le choix, même si nous sommes assujétis, de vivre autrement. En nous existe ce royaume de l'indépendance, et que c'est bon de s'y baigner.

Pfffffffffff....








Repost 0
Published by bellelurette - dans bellelurette
commenter cet article
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 17:50

Ce qui m'énerve, c'est que je n'arrive pas à prendre de belles photos,
fidèles à la réalité et en plus,
 la plupart du temps, elles sont floues !!!!
Bon, c'est juste pour vous faire remarquer le nombre de détails...
et la finesse de la réalisation.




Je l'aime aussi de profil, assis bien droit.
Pour les néophites, dans sa main gauche, il tient un moulin à prières
et dans la droite une fleur de  lotus, 
tenue entre son pouce et son index réunis.






Même l'ongle du pousse est présent, et aussi certaines lignes de la main.
Purée, il me faudrait un photographe pro pour vous montrer tout ça correctement.




Et de dos, vous avez vu ce joli drapé ?

L'assise est bien sûr une fleur de lotus, fleur symbole dans le bouddhisme.

Alors pour un moule en plâtre qui je suppose est trempé dans de la peinture dorée,
je le trouve magnifique.

Certes, il comporte quelques défauts, mais la perfection extérieure n'existe pas.

Cette petite trouvaille (15cm de haut) me le rappelle.
Alors ceux qui savent méditer, méditez ! Et ceux qui ne le savent pas, apprenez !
Repost 0
Published by bellelurette - dans coup de coeur
commenter cet article
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 14:42

il trônait sur le petit muret qui entoure les containers. Je l'ai vu de loin.
Il est d'une précision remarquable.


Un peu de sérénité dans ce monde de brutes, c'est toujours bon à prendre...
Repost 0
Published by bellelurette - dans coup de coeur
commenter cet article
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 19:55

Voici le meuble télé, rose saumon, que j'ai trouvé près de chez mes kinés et que j'ai eu un mal fou à ramener. Normal, les roues étaient niquées. Après un nettoyage en profondeur et une installation de roulettes neuves, j'ai tenté l'expérience d'installer le barda-télé-lecteur de cassettes VHS-lecteur de DVD. Mais cela ne me convenait pas (Notons au passage que cela date que plusieurs mois, l'été dernier ce crois).Trop large et trop chiant à déplacer. Il ne faut pas oublier que je n'ai qu'une seule pièce à vivre et que le fameux meuble télé, je dois pouvoir le bouger au gré de mes occupations journalières. Alors, exit la fonction première que je voulais lui allouer et maintenant, c'est une sorte de rallonge de ma table-bureau. Dans la sacoche noire gît mon vieux pc portable.... un jour ou l'autre, je vais m'en débarasser car je n'en ai absolument plus aucune utilité. C'est une relique maintenant.  J'en oublie presque qu'il a existé ! C''est la photo qui me fait penser qu'il existe encore.

Alors il me fallait un meuble beaucoup moins large et plus léger. J'avais aussi trouvé en bas de chez moi une espèce de chariot qui, au départ, avait trouvé une fonction auprès de mon lit. Il faut dire que je mange sur mon lit, assise en tailleur,  le plateau sur mes genoux. Il me servait de desserte. Mais cela ne me plaisait pas non plus.

Par la suite, au vide-grenier, pour 5€, j'ai trouvé une table de nuit qui remplissait pile poil la fonction dont j'avais besoin. Bonne hauteur, bonne largeur, ouf.


Voici ledit charriot-desserte, comme vous voulez, tel qu'il se présente aujourd'hui.. Lorsque je l'ai trouvé, il comportait juste la planche en bois que l'on peut apercevoir sous le meuble à trois tiroirs. Mes trouvailles furent au fil des jours deux clayettes pour réfrigérateur. Celle du bas et celle du haut. Celle du bas aucun problème, puisqu'elle repose bien sur les montants et n'a pas beaucoup de poids à supporter. Juste un panier où s'entasse tous les fils de connection.
Vous me suivez toujours ?
Celle du haut, je l'avais installé au milieu, mais il lui manquait quelques millimètres de large. A l'époque, je l'avais solidifiée tant bien que mal avec ce fil de fer (qui sert au jardinage) et j'avais installé dessus les deux lecteurs.
Et patatra, ce qui devait arriver arriva, le poids de ces deux éléments a fait craquer mes fils bidon et tout partait de guiguois !
Alors pendant ces derniers jours, je cherchais une solution dans ma petite tête de pas si linote que ça quand soudain, lumière !!!
Il faut dire aussi qu'il fût une époque où j'avais acheté une gazinière qui n'avait pas de grille. Et que grâce à l'abonnement de ma feue mère à "Temps L", j'avais acheté une grille réglable !  Et que depuis j'ai changé de gazinière mais que j'avais toujours cette fameuse grille.
Le jour où je me suis décidée à réparer tout ce barda, je suis allée chercher cette grille. Miracle ! au niveau de la profondeur, c'était impeccable, et comme cela se règle pour la largeur, j'ai pu l'installer correctement. Mais j'ai tout de même tout solidifié avec ce fameux fil de fer gainé de vert, un peu horrible de visu, mais au moins cela tient.
Vous me suivez encore ?
Ce qui m'a permis de récupérer la grille qui était installée au milieu pour la mettre en haut, bien la solidifier elle aussi.
Et ainsi, les deux éléments de lecture sont séparés.
Il ne me restait plus qu'à reposer les éléments, rebrancher tous les fils, mais ça, je sais faire.

C''est-y pas mignon tout ça ?

Repost 0
Published by bellelurette - dans bellelurette
commenter cet article
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 01:23
Mais il fallait que le le fasse.

Faut que je vous explique la base. Chez moi c'est de bric et de broc. J'aime bien récupérer dehors des choses légères pour pouvoir les 'utiliser. Je cherchais à l'époque un meuble sympa et léger pour pouvoir mettre ma télé et que en dessous je puisse mettre mon magnétostope et mon lecteur de dvd.
Oh purée, près de chez kinés, dehors, je vois le meuble qui me convient. Rose saumon.avec des moulures sobres comme j'aime.J'en chie comme un rat mort pour le ramener chez moi, je le nettoie, lui met des nouvelles roulettes, pour me rendre compte que non, il est trop grand pour l'usage que je veux en faire.
Entre temps j'avais monté une espèce de chariot, un machin qui devait servir de passe-plats. Avec des rails. Pile poil ce dont j'avais besoin. A un poil près.  Je bidouille avec des grilles de récup, un tantinet pas assez larges.

Et l'autre jour, que vois-je ? Tout mon bidouillage avait cédé et mon magnétosope de triaviole. Et mon lecteur DVD qui baitait l'aile.

Mauvaise limonade. Avec mon poignet foulé, force était de constater.

Attendre attendre et attendre.

Et comprendre, comprendre  et comprendre.

C'est diinque lorque l'on est handicapé ce que l'on peut comprendre des trucs. Hormi la douleur, la souffrance qui te rappelle à l'ordre.

Bref revenons à nos moutons.

J'ai réussi. Et ce n'était pas une mince affaire lorsque l'on est seule. J'ai réussi à trouver les outils, les pinces adéquats,à mettre tout propre, à visser, à faire en sorte que cela soit solide et que tout foncitone.

j'ai réussi mais putaing  j'en ai chié.
Repost 0
Published by bellelurette - dans bellelurette
commenter cet article

C'est Moi !

  • : Bellelurette
  • Bellelurette
  • : Ce qui me vient au jour le jour.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives