Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog



Campagne blog sans pub
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 10:14
Alerte, alerte, rien ne va plus dans leur résidence.

J'ai été avertie par newsletter hier, mais comme le dernier article relate fidèlement ce qui y était écrit, je vous laisse le soin d'aller lire ce qui m'a mis sur le cul et de leur remonter le moral.

C'est vraiment pas beau et tout à fait injuste. Cliquez donc sur le lien ci-dessous.

Repost 0
Published by bellelurette - dans Relais
commenter cet article
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 01:01

Même si ce bâtiment n'officie plus en tant que gare, il est utile à une bonne cause,
puisque c'est une école de musique. Au moins, les musiciens ne dérangent pas les voisins...



"Vous pouvez traverser", pas de train en vue.


"vous pouvez vous asseoir", personne ne viendra vous déranger.


On devrait organiser un défilé de mode à cet endroit, rien que pour voir les top-models se tortiller sur leurs talons ... avec en fond musical "le petit train - rébus", si vous vous souvenez...
Repost 0
Published by bellelurette - dans DHARMA
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 17:22


Quand je vous le dis que j'ai bien fait de partir de Saint-Cirq Lapopie. Tout y était mieux, même le prix, mais surtout la piscine.  Sur le côté le plus à droite au fond, on peut y rentrer comme à la mer, c'est à dire qu'il y a une pente très douce. Un must je trouve. Et puis dans la partie la plus large, on n'a pas pied... C'est bête, je n'ai pas fait de photos sous l'eau !
Repost 0
Published by bellelurette - dans DHARMA
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 17:11
Le titre est un clin d'oeil à Bigbec...

Au-dessus, la voie ferrée, et derrière la voie ferrée, mon hôtel, que vous allez voir bientôt.


Repost 0
Published by bellelurette - dans DHARMA
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 01:40



Repost 0
Published by bellelurette - dans DHARMA
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 01:32

Je vous montre tout de même avec quoi je me balade, ce monstre est facilement reconnaissable, à cause de la serviette bleu-turquoise bien installée sur le fauteuil, c'est ma marque de fabrique !

Et oui, partout où je passe, je pose ma serviette en coton bio bleu-turquoise.

Après cet hôtel, mon fils a mis le compteur a zéro. Nous avons parcouru 1100 kilomètres et des broquilles, alors vous n'êtes pas au bout de votre voyage !

Repost 0
Published by bellelurette - dans DHARMA
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 01:11

Et le Lot, il est où ?

"Ben là où le chien il est parti, dame"

Enfin, il ne me l'a pas dit comme-ça mais presque.

Pendant qu'il me faisait visiter son jardin, le chien était parti faire sa balade tout seul.

Mais moi, je ne savais pas qu'il était si près, qu'il y avait un chemin de halage, des jolis jardins le long, la voie ferrée désafectée au-dessus, je ne savais rien. Et c'est tant mieux car j'aime beaucoup la découverte, surtout en ayant déguerpie de St-Cirq.

Imaginez mon hôtel comme un rectangle (en gros, on ne va pas chipoter, hein...), et sur un des côtés les plus longs la route, et de l'autre, la voie ferrée désafectée et derrière le chemin de halage et le Lot. Tout ça bien aligné.

Je ne vais pas vous faire un dessin, si ? Non.

Je continue à papoter avec le propriétaire du jardin qui hèle son chien. Ledit chien qui a fait sa balade. Pas moi qui découvre le lieu.

Lieu tranquille et calme à souhait et juste au bord du Lot. Je marche tout droit. Sur ma droite, plein de jardins, des abandonnés, des biens entretenus, et sur ma gauche le Lot, tranquille quand soudain, j'entends un barooooooooof...

... et un clapotis.

J'ai dû rater quelque chose. Comme il y a des bancs le long de ce chemin,  j'en profite pour rerégler mon apn.
  Bien m'en a pris, tiens !

La personne qui dirige le bateau lui dit : "fais gaffe, là tu vires trop et tu vas tomber"....

Et plouf dans l'eau ! C'est pas grave, le bateau va venir le rechercher e lui expliquer comment faire mieux...


On se remet  "en selle" et on redémarre. On va prendre un peu de vitesse et...

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiissssssssssssssssssssss


Repost 0
Published by bellelurette - dans DHARMA
commenter cet article
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 23:10

Je suis curieuse, vous le savez.

Après mon petit voyage pedipudesque sur les rails, je voulais savoir ce qu'il y avait de l'autre côté.

Bien m'en a pris. Il venait juste de pleuvoir.


Un portail pareil, rien de tel pour attirer mon attention. Je me dis que je vais prendre le petit chemin qui longe le jardin et pousser un peu plus loin quand j'entends une voiture se garer. Et les voitures dans les petits chemins comme-ça, pas de doute, c'est quelqu'un du coin. Ça tombe bien, j'ai envie de parler avec quelqu'un du coin, et ça tombe encore mieux, c'est le propriétaire du jardin.
Un auchtotone, un vrai, enfin.
Qui vient voir son jardin depuis la pluie qui vient de tomber.
Après les salutations d'usage, et n'étant plus farouches ni l'un ni l'autre, il m'ouvre son antre.
Je suis éblouie par toutes les fleurs, lui non.
"C'est pas beau, c'est foullis" dit-il.
"Oh que c'est beau, j'aime le fouillis" dis-je en marchant par-dessus des branches mouillées et  jonchées sur le sol.
Entre cet homme et moi, la sympathie est venue tout de suite.
Il sentait que j'étais contente de visiter son jardin et il était content de me le faire visiter, même s'il n'était pas au top de ses espérances, à cause de sa vieillesse, de la sécheresse, et tout le toutim...
Je n'écoute pas ses points négatifs, je ne vois que le beau, surtout après la pluie.
Il me pose des questions auxquelles je réponds. Naaaaaaaaaan, je ne suis pas une touriste, ouiiiiiiii j'aime la photo et ouiiiiiiiiiii j'aime les plantes et la nature.
Et là, il m'explique que ses deux passions sont la photo et la nature, mais qu'il a abandonné la photo et que ragnagni et ragnagna... j'ai un peu coupé court à la conversation, sinon, je crois que je me serais mariée avec lui !


Son jardin, c'est l'Eden. Il me donne le nom des plantes et quand il ne se rappelle plus, c'est moi qui lui dit. Et puis il a un potager, mais je ne suis pas allée plus loin, mais vous voyez à gauche des tomates.

On cause, on cause et on rebrousse chemin, d'ailleurs son chien l'attend à l'extérieur du jardin pour aller se promener.


"Et mes dalhias, vous avez vu mes dalhias, j'en ai"... je ne sais plus combien de sortes il en avait le bougre. Plein, de toutes sortes, de toutes couleurs, et surtout bien contents d'avoir reçu cette pluie salvatrice.

Il était fier de son petit lopin de terre, tellement fleuri, et il était malheureux qu'il n'ait pas plus depuis.... ouh... trop de temps et qu'il ne pouvait plus s'en occuper comme il faudrait et patin machin coufin.

A ce moment-là, j'ai compris la détresse et le bonheur de cet homme. Je ne me suis pas attardée sur la détresse. J'ai juste eu envie de partager avec lui le bonheur et l'ai invité à en faire de même.

Ce qu'il fit avec simplicité.


"Regardez celui-là, il est beau, prenez-le en photo"... Ce dont acte.

Perso, ce n'est pas celui que je préfère et je lui ai dit que des couleurs comme-ça, en ville, il y en avait partout.

Et puis, en rentrant dans son jardin, j'avais flashé sur un rosier...

je sais, je n'ai pas fait le point sur le bouton, tant pis, cette rencontre était si belle, hein, que je n'allais pas chercher la petite bête, en plus, je ne sais pas faire.

Mais le must du must, c'est ça, il a voulu me faire un cadeau :


Après l'avoir photographié, il me l'a cueilli et me l'a offert.

C'est pourquoi je l'ai déjà montré sur ce blog, car ce dalhia, aussitôt arrivé dans ma chambre d'hôtel, j'en ai pris grand soin, par respect, et pour cet homme et pour cette plante, non mais !

Et oui !


C'est bien le même.


Repost 0
Published by bellelurette - dans DHARMA
commenter cet article
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 21:43
Feu mon père était cheminot, contrôleur VB plus précisemment.
VB voulant dire Voies et Bâtiments.

"Vous allez en manger du rail, croyez-moi" est une expression que j'ai souvent entendue dans sa bouche, lorsqu'il s'adressait à ses ouvriers. Et la "vie du rail", avec mon père, ce n'était pas triste. Il aimait et respectait son équipe, et celle-ci lui rendait bien. D'ailleurs, dans son bureau, trônait une immense photo en noir et blanc que j'affectionnais particulièrement. Une solide poignée de main entre un patron et son ouvrier : celle du patron avec poignet de chemise blanche, la main de l'ouvrier très calleuse et une manche de pull effilochée. Tout un symbole. Une fois par an je crois, ils partaient pour trois semaines avec le "train désherbeur". La journée, c'était boulot boulot, mais le soir, la franche rigolade était de rigueur. Toute la troupée dormait, mangeait ensemble et les apéros ne restaient pas au placard...

Et lors de ma première balade autour de mon nouveau lieu de villégiature, le fameux hôtel où j'ai migré après avoir déguerpie de St-Cirq,  une butte m'a intriguée, je suis montée et voici ce que j'ai découvert.


Dingue, une voie désafectée. Cela fait tout drôle d'être à la place du train, franchement j'avais les oreilles aux aguets, comme-ci "le dur" allait arriver.


Un flot de souvenirs me revient en mémoire. Et les noms aussi. Les traverses, le balast, les aiguillages.
Faut dire que j'ai habité longtemps dans une gare marchandise, mon père y avait son bureau,  et la fenêtre de ma chambre donnait sur les voies, alors j'en ai vu passer des "durs" (trains), à l'époque où ils fonctionnaient encore au charbon. Et puis il y eu l'apparation des "Michelines", les premières locomotives à rouler sur des pneus. Tiens, elles roulaient sur quoi avant ?


Revenons à Cajarc et faisons un demi-tour. Oh que vois-je au loin ?


Un aiguillage à main !!! vous imaginez un peu le truc ?


Moi j'ai beaucoup de mal.
Il devait en falloir, tout de même, des calculs savants pour démultiplier la force d'un homme pour déplacer des rails.

Et ils ont bien raison de mettre un cadenas, des fois que bellelurette tenterait l'expérience !


Remarquez, avec les appareils photos argentiques, faut bien rembobiner la pellicule, ça demande du muscle aussi !

Pfffffffff, je comprends mieux maintenant pourquoi papa m'appelait "tas de rouille" !!!
Enfin, si vous, vous n'avez pas compris, je vous mets dans la confidence, c'est rapport à ma couleur de cheveux !


"Chef, je crois que tout a disjonté" !


"Mais non, c'est toi le disjoncté de service" !


Voici terminée la première série de rails,
car j'ai effectué une autre balade, au lever du soleil, vous verrez plus tard...


Repost 0
Published by bellelurette - dans DHARMA
commenter cet article
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 14:06
Appelé aussi "Le jardin de Safran".

Je n'y ai pris que très peu de photos. Pas envie d'abord, autre chose à faire ensuite...

C'est un lieu relativement grand. Pour y accéder, une petite route, puis un chemin bien caillouteux, et bien défoncé à force que les voitures y passent. Un immense parking sous les arbres et un service de voituriers au top. Car un endroit qui a accueilli environ 800 personnes/jour  et sur une période d'une dizaine de jours, ça se gère !

Une tente pour les infos et les inscriptions, une autre, immense pour le service de nourriture, un joli jardin comprenant une batisse de quelques chambres, là où vont résider les accompagnants de Shri Tathata, une boutique où trouver des livres, revues, photos, encens, quelques habits et autres ; sa maison, très simple... j'ai eu l'occasion d'y entrer.... et puis le chapiteau, là où se sont déroulés tous les événements.


Un temps magnifique, vous l'aurez remarqué.

Des étagères pour y déposer nos chaussures. Et oui, ce chapiteau est considéré comme un temple et en Inde, comme dans une Mosquée d'ailleurs, on ne rentre pas chaussés. A l'intérieur, de la moquette partout, donc pas de soucis pour nos petons. Comme il y a deux entrées, le plus difficile était de retrouver nos chaussures en sortant, car il arrivait souvent que nous ne savions plus où nous les avions mises ! Et puis il y avait pas mal d'enfants et je crois que "déplacer les chaussures" aura fait partie de leurs jeux ! Les enfants étaient les bienvenus, à partir du moment où ils ne dérangeaient pas les conférences. Sinon, aux parents de sortir avec... Etonnamment, tout c'est très bien passé.

Il nous est demandé aussi d'être le plus silencieux possible à l'intérieur.
Au niveau des habits, aucune contrainte, mais selon la tradition indienne, les femmes ne doivent pas avoir les épaules nues, ni de décolletés provoquants... En gros, nous ne sommes pas ici pour une partie de drague !


Au fond, la tente où nous pouvons nous restaurer. Mais ce n'est pas une obligation de manger là. La nourriture y est végétarienne et absolument succulente pour un prix tout à fait raisonnable. Nous sommes accompagnés par des hordes de guêpes ! Des pièges à guêpes sont installés un peu partout : des bouteilles en plastique découpées et le goulot renversé. Un mélange sucré au fond. Le piège : elles peuvent rentrer mais pas ressortir... les pauvres, snif !

Vous remarquerez que c'est propre par terre. Non pas qu'il y ait un service de nettoyage constant, oh que non, mais surtout que tout le monde a le respect du lieu. Et personne ne fume non plus. Un peu derrière la tente de nourriture, il y a un bien un coin fumeur.... très très peu fréquenté ! Je ne l'ai remarqué que le dernier jour, d'ailleurs.


Et puis des toilettes sèches. C'est absolument génial. Vous faîtes vos besoins, par-dessus vous déversez un peu de  sciure et le tour est joué ! En plus, une fois le travail de décomposition terminé, cela servira de compost pour les plantes... je suis vraiment très contente d'avoir expérimenté ces toilettes. A l'extérieur des toilettes, il y a tout de même un point d'eau avec savon pour se laver les mains.


Une statue de Shiva.

Si vous voulez en savoir un peu plus, allez voir ce lien :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Shiva


Oui, oui, je suis passée derrière lui. Juste pour vous montrer l'ambiance qui règne à cet endroit-là. Il y fait frais, on peut s'y asseoir, papoter... La maison de Shri Tathâta est sur la droite,  juste derrière les chaises vides. Et c'est un lieu très accessible,  une porte en bois et un petit loquet ! Tathâta y a reçu beaucoup de monde, individuellement ou par petits groupes. Mais il est évident que l'on n'y rentre pas sans une bonne raison, affaire de conscience personnelle et par respect.

C'est aussi le lieu préféré de rencontre des gamins....



Que des "beaux gosses", pleinement épanouis, pensez-donc, un immense terrain de jeu où il n'y a pas de danger (sauf les guêpes). Et bien sûr il y a un poste de secours, premiers soins, et la présence de la police, normale mais très discrète. D'ailleurs, ils ont dû se faire ch... un tantinet car ce n'était pas un lieu de provocation, d'émeutes, de beuverie...


"chef, je viens au rapport"
"Alors qu'est-ce qui se passe ?
"Rien, chef, tout est calme"

En gros, leur rapport quotidien devait se résumer à ça. J'imagine qu'il y a eu peut-être quelques insolations, piqûres, cheville tordue, mais à part ça, je ne vois pas.

Bon, j'en ai trop dit ou pas assez ?



Repost 0
Published by bellelurette - dans DHARMA
commenter cet article

C'est Moi !

  • : Bellelurette
  • Bellelurette
  • : Ce qui me vient au jour le jour.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives