Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog



Campagne blog sans pub
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 23:29

test

 

test nul

 

recommence test bon

 

après plusieurs essais, et des vidéos en live que je n'ai pas réussi à mettre ici,

 

je vous livre ce morceau, de toute façon, c'est celui qui m'a ému la première fois.

 

Tout de même Garou et Céline, c'est absolument génial.

 

"sous le vent, et j'ai glissé un instant...."

 

 


Tous les clips Garou

 

 

Repost 0
Published by bellelurette - dans bellelurette
commenter cet article
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 02:51

Vous n'êtes pas sans savoir que j'attendais depuis presque deux mois maintenant une précieuse lettre, me permettant de me retourner vers pole emploi, pour continuer à toucher mes assedics. Pole emploi m'ayant indiqué que comme j'avais plus de 60 ans et neuf mois, bé il me fallait faire une demande de retraite. Avec un motif de rejet où je ne sais quoi, ils se renvoient la balle.

 

Hop, ce matin je descends, ouvre ma boîte à lettres et y trouve une magnifique missive de la CARSAT (c'est le nouveau nom de la caisse de retraite). Je saute de joie dans mon for intérieur, remonte à toute vitesse, (enfin à la vitesse de mon ascenseur), l'ouvre fébrilement pour lire ceci :

 

"votre demande de retraite est en cours d'instruction et vous avez sollicité nos services pour connaître le suivi de votre dossier.

 

La réforme des retraites, intervenue le 1er novembre 2012, a occasionné un surcroît important de demandes de départ à la retraite, ce qui génère des délais de réponse plus longs. Nous vous prions de bien vouloir nous en excuser.

 

Je finalise actuellement l'étude de vos droits au régime général et je vous adresserai votre notificatiion de retraite dès que votre carrière sera intégralement mise à jour. Pour ce faire, nous devons consulter tous les régimes de retraites auprès desquels vous avez cotisé.

 

blablabla et blablabla et meilleures salutations."

 

Même pas de signature.

 

Bref, un joli courrier bien informatisé en bonne et due forme. Bon, ils ne m'oublient pas, c'est déja ça.

 

MAIS, car il y a un MAIS. S'ils doivent consulter tous les régimes de retraite auprès desquels j'ai cotisé avant de m'envoyer mon précieux sésame, bé au mois de juin, on y sera encore !

 

C'est pas compliqué quand même de voir que je n'ai pas assez de trimestres, afin que je puisse continuer à être payée par les assedics, merde, merde et remerde, ça me fout en rogne cette administration.

 

Alors je vais manger des patates bouillies, j'm'en fous j'adore les patates.

 

Et encore heureux que j'habite dans le sud, je n'ai pas trop besoin de chauffer. mais tout de même, pour un F1, une note de 110 euros de gaz, ça fout les boules. Oui c'est pour deux mois, oui j'ai une chaudière individuelle. Je chauffe à 19° la journée et 14° la nuit, vous trouvez que c'est abuser ? Et quand j'aère, j'éteinds la chaudière. je fais un maximum attention.

 

quand je vous dis que les vieux, faut les tuer à la naissance, j'y pense sérieusement.

 

quand je vous dis que je n'ai plus le courage de rien. rien que ma mutuelle qui me ponctionne mais ne me rembourse pas. Suffirait que je me déplace, ou que je passe un coup de fil, que je râle en sorte...

 

Ras le cul de râler. J'y arrive plus. J'en ai marre. Marre de tout. Marre aussi de voir que je paye des charges pour la propreté de mon immeuble, et que deux semaines plus tard, je vois toujours des bouts de n'importe quoi traîner sur mon pallier, ou du vomi dans les escaliers de mon copain voisin. Marre aussi de l'incivilité de certains qui prennent vraiment la terre pour une poubelle. Et puis marre des pubs à gogos, qui envahissent nos boites à lettres, marre marre marre marre. Marre de ne plus avoir le courage de lutter.

 

Marre que lorsque ma poignée de la fenêtre de ma cuisine me reste dans la main, on me dise que c'est à ma charge. je fais comment moi, je ne sais même pas comment cela se change un binz pareil.

 

marre de ne pas avoir chez moi (là je rêve) un mec costaud, solide, jeune, brave. Un homme à tout faire quoi ! Et en plus gentil et qui surtout, oh oui surtout, qui n'aime pas le foot ni tous ces sports merdeux où tout le monde crie.

 

MARRE MARRE MARRE.

 

Ayé j'ai bien crié (sur clavier), ça fait du bien !

 

Mon médecin (femme) hier m'a prévenue : Vous avez de la tension, vous n'avez pas fait votre mammo, vous vous laissez aller et tout le toutim.

 

Pfffff, heureusement que j'ai un fils qui ne sait pas tous les soucis que j'ai. J'ai pas envie de l'emmerder avec ça. C'est rien, c'est juste la fin. La fin de la vie.

 

Une jeune qui n'accepte pas la vieillesse avec son lot de mal-être. Ses douleurs, sa non-envie de sortir depuis sa fracture du tibia, sa non-reconnaissance vis-à-vis de l'administration.

 

J'en connais au moins deux qui vont me ruer dans les brancards (j'adore cette expression), c'est juju et mialjo.

 

Mais oui, mais commentez ! mais vous au moins, vous avez des maris, bordel. Des chiants, des grincheux peut-être, mais des qui n'oublieront pas de vous offrir des fleurs pour la St Valentin, enfin j'espère, hein ?

 

M'en fous il est presque 4h du mat, je vais dormir toute la journée, la télé en sourdine en regardant des trucs débiles. Té "les filles d'à côté" j'adore.

 

Té j'en connais un, mon copain voisin pour ne pas le nommer, il va faire des courses perso demain (enfin aujourd'hui) matin. Je lui demande de m'acheter un poireau, c'est pas demander la lune tout de même, non ?

 

"ah mais oui, mais tu comprends, faut que j'aille au rayon légume, que j'aille le peser, que je mette l'étiquette, tout ça.."

 

Seulement il est super content lorsque je fais de la soupe de légumes !!!

 

Et là, bé il me manque un poireau.

 

Allez bonne fête à tous les amoureux !

Repost 0
Published by bellelurette - dans bellelurette
commenter cet article
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 21:53

Je me barre vers 17h30 de chez moi, je rentre à presque 22h. Zéro appel.

 

La looze totale, non mais j'y crois pas. Untel et untel qui devaient me rappeller, bé non.

 

Je suis qu'une merde. Un trou de fion de rien du tout, je ne sers à rien, je ne suis qu'une vieille qui ne sert à rien.

 

Personne ne pense à moi. Pourtant je suis toujours à l'écoute, même trop.

 

Cela va changer, j'en ai marre qu'on me prenne pour une bonne poire.

 

Désormais je vais changer d'attitude. Ah tu veux un café ? hop 50 centimes, ah tu veux un jus d'orange ? hop 50 centimes. Ah tu veux une bière, hop, un euro.

 

Non mais parce que j'en ai marre d'être la bonne poire.

 

C'est rien du tout un café ni un jus d'orange ni un verre de bierre, mais à force, cela coute des sous, et les sous, bé petit à petit cela fait une somme, et j'en ai carrément marre que l'on me ponctionne tous les  matins.

 

Un euro, c'est rien ? Non un euro ce n'est rien.

 

Un demi euro c'est moins que rien, non un demi euro c'est moins que rien.

 

Un quart d'euro, c'est 25centimes, c'est carrément rien. Mais à force d'ajouter les centimes de longue, bé cela fait une somme.

 

certes ce monsieur me fait les courses, par plaisir soi-disant. mais quand ça lui chante aussi, aujourd'hui, alors qu'il savait que j'avais besoin de tel ou tel chose, bé il n'y ait pas allé.

 

Aujourd'hui je voulais du lapin. C'est lui qui m'a attissé. Ouaih il y a du lapin entier, pas cher, tant d'euros.

 

en plus j'ai un congélo donc j'étais prête à congeler les trois quarts du lapin..

 

Donc je fais cuire toutes mes carottes et trois ognons à mijotage, donc à feu très très doux en attendant le lapin.

 

bé que nenni, point de lapin ni de courses ni rien de rien et zéro appel.

 

Ce type qui me dit, et c'est souvent le cas, va me faire les courses, aujourd'hui où j'en avais le plus besoin, rien walou, nada, tchi que dalle.

 

Il me laisse un message : "je suis à Juvignac". Bon ça  va j'ai pigé, il est avec son amoureuse. Elle, dès qu'elle téléphone, il rapplique. C'est comme mon voisin copain. Dès que l'autre le sonne, hop, il rapplique.

 

Mais pourquoi moi, personne ne rapplique ? Qu'est-ce qu'elles ont en plus que moi ?

 

Pourtant je le sais, ils ne baisent pas avec, alors quoi, mais franchement qu'est-ce qu'elles ont  plus que moi ?

 

Du sex appeal, ça doit être ça. Un truc que je n'ai pas. Ou plus. Des féromones à la con.

 

C'est bien je viens de me couper les cheveux. Rien de bien grave, juste cinq centimètres de long par derrière et un peu sur les côtés. J'ai eu horreur la dernière fois que je suis allée chez le coupe-tif. Certes je voulais une coupe court mais à ce point-là, non ! La fille qui me coupait les cheveux discuttait avec je ne sais qui, j'avais mal moi, mais arrête ! Bé non elle n'arrêtait pas. Elle n'arrêtait pas de couper, et vas-y par ici et je te recoupe par là, et ça vous plait madame ? Bé non, madame, elle n'était pas contente du tout. Je suis sortie de là totalement dégoutée. J'avais plus un cheveu sur le caillou !

 

Ah ça pour être coupés, ils ont bien été coupés. Courts je les voulais, certes, mais à ce point-là, non et non.

 

J'avais honte !!! Et il me fallait au moins six mois pour qu'ils repoussent. Maintenant ils ont repoussé, ouf.

 

Six mois que dis-je... presqu'un an oui. Je n'irais plus jamais chez le coiffeur.

 

 

Repost 0
Published by bellelurette - dans bellelurette
commenter cet article
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 23:17

Bé voui pourquoi pas laver à froid ?

 

Franchement si votre linge n'est pas vraiment sale, allez hop à froid.

 

Prélavage ou pas, c'est selon, mais franchement je vous supplie de ne pas mettre votre linge à 60°. Ca ne sert à rien si se n'est que de vous utiliser de l'énergiie pour rien.

 

 Vous avez fait un prout dans votre calecon ? Bé la machine qui va laver et relaver va vous l'enlever votre petit prout.

 

Nous mais je dis ça parce qu'il y a des garçons, ils ne peuvent pas s'empêcher de laver à 60°

 

"ah ba je ne sais pas alors je lave à 60°.

 

Mon copain, elle est réglable de O à 90. "ouaih je m'en fous, je mets tout à 60°" Alors que c'est même pas sale ?

 

Je lave à froid et cela ressort propre. Ça lave aussi bien, surtout des fringues pas vraiment sales, juste un besoin q'un petit coup de machine, et hop.

 

Quand je pense à ma mère, tudieu, tous les quinze jours, elle faisait bouillir une machine, avec le gaz en dessous, elle n'avait pas de chauffage, ni de wc, ni d'eau chaude, alors c'était la grande aventure, la lessive !

 

Elle sortait une grande planche en bois et une  brosse, et elle frottait, elle frottait. Elle retournait le linge et elle frottait, elle frottait. Et elle regardait, et elle rinçait. Et elle rinçait. Et elle essorait avec ses petites mains menues, et elle essorait. Et elle sortait dans le jardin pour aller fairer sécher dehors. Quel plaisir de mettre son linge dehors. Surtout lorsqu'on a un jardin. environ 10 mètres de long sur quatre fois.

 

Lorsque ma mère est morte, on m'a demandé si je ne voulais pas racheter l'endroit. Bé que nenni ! Moi racheter une casba pareille, pfff, plutôt me couper un bras !

 

Vous auriez vu tous les problèmes qu'il y avait ! déja rien n'était aux normes.

 

Et puis je ne l'aimais pas cette baraque, je ne l'ai jamais aimée. Même gamine, enfant, je ne l'ai jamais aimée.

 

Certes j'aimais bien le jardin, mais pas plus. La maison ne me plaisait pas, je n'y trouvais pas ma place. Que deux pièces en long, une salle à manger et une chambre. Pas de pièce pour moi. Qu'un coin dans un coin. Un petit endroit tout petit.

 

Comme ci un enfant ça reste un bébé. Alors l'enfant que j'étais, bé on l'a foutu un coup chez la grand-mère, un coup en nourrice, bref on l'a baladée de ci de là, elle ne se rappelle même plus tellement on l'a baladée d'un endroit à l'autre.

 

A l'âge de six ans, d'un commun accord entre mon père et ma mère, ils ont décidé de me mettre chez une vraie nourrice. Enfin un nourrisson, un père nourrissier. Cela a été une horreur sans nom. C'était un chasseur. Tous les soirs il tapait sa femme et nous tapait aussi (on était trois) Il sortait son martinet, et c'était chacun notre tour. Fallait se mettre en rang d'oignons, le plus grand d'abord, après le frangin et moi la dernière. Ah non il y avait encore une petite derrière moi...

Et chlack et chlack, aie que cela faisait mal.

 

Jusqu'au jour où...... une balle perdue est rentrée, à fait l'aller retour dans la casba et est ressorite. Mais il a été blessé, je ne sais plus où j'étais trop petite. Mon père ayant été au courant de cela m'a retiré de là, ouf ! Il m'a mise ailleurs. Dans une autre famille. Je me rappelle, elle, elle était poissonnière. Et lui travaillait dans les trains, comme mon père.

 

Elle était gentille comme tout. Mais je jeudi, c'était jour de poisson et de la raie, mmmmum, miaaaam, j'adore la raie et elle la faisait magnifiquement bien. Un petit beurre légèrement roussi, la raie tourne et retourne dedans, avec à côté des grosses patates bouillies, un vrai bonheur.

 

Bon j'avoue que je mangeais plutôt les patates que la raie, mais j'aimais bien quand même. Les grands d'à côté m'enlevaient le truc du milieu et me laissaient que le bon de la raie, miiiiiiiiaaam, que c'était bon.

 

Bon j'aimais bien je jeudi lorsque c'était jour du poisson, mais dés fois, c'était lundi, mardi et mercredi et vendredi que c'était poisson... Alors j'en avais marre du poisson.

 

Et pis je m'étais fait un pote, c'était Popy le chien. "Popy !" Une espèce de chien de chasse, tout couillonnou, toujours content lorsqu'on lui faisait des caresses et des bisous, alors je n'arrêtais pas. Qu'est-ce qu'on était potes tous les deux. Je farfouinais dans la terre et déterrai des vers pour aller nourrir les poules. J'avais une poule préférée alors je lui amenais le plus beau ver.

 

Jusqu'au jour où je suis allée en colonie de vacances, et quand je suis rentrée, on m'a dit qu'on avait mangé ma poule préférée... j'ai pleuré deux jours. Ma poule, c'était ma poule, on était copines. On avait mangé ma poule, je ne comprenais pas. Je regardais dans le poullailler, il n'y avait plus ma poule. Il n'y avait plus que de la volaille à la con, mais pas ma poule. Celle qui m'attendait le matin tôt pour que je lui donne un ver. C'est con hein, mais moi gamine et elle poule, on avait des liens.

 

Bon, ce sont des histoires d'enfants, je vous l'accorde, mais alors, qu'est-ce que ça marque !

 

Une autre fois, deux ans plus tard en gros, j'avais mas chambre  chez mon père, et j'élevais moulte trucs, des tétards, des salamandres, des grenouilles, des bébés poissons, enfin tout ce qui peut vivre dans l'eau.

 

Et me voilà partie de nouveau en colonie de vacances. J'avais bien recommandé à mon père de s'en occuper, sur un bébé grenouille qui commençait à faire ses pattes.

 

Bé au bout d'un mois, lorsque je suis rentrée dans ma chambre, qu'est-ce que j'ai vu ? Un bocal vide. Glauque avec l'eau qui séchait. Et pas la moindre trace d'aucun animal. Si une mini grenouille qui gisait au sol.

 

Mon père ne s'était occupé de rien et encore moins ma belle-mère. Merde alors, j'avais commencé à faire un joli aquarium, bon c'est vrai que les salamandres et autres tétards auraient été malheureux, c'est sûr, mais le désastre, c'est qu'ils ne s'en sont pas occupés, alors que le ruisseau était à 20 mètres environ, tudieu.

 

Bé non, ces cons, au lieu de les prendre et de les mettre dans un seau et hop dans le ruisseau, ils les ont laissé créver dans ma chambre. C'est dégueulasse, je trouve, surtout pour une enfant comme moi, je trouve que c'est d'un irrespect comme pas possible.

 

Mais je m'égare... je viens de relire mon titre, oui oui, laver à froid !

Je viens d'étendre mon linge lavé à froid, et il est propre, na.

 

il est évident que si j'étais carrossier ou autre métier très mais alors très très salissant, je ferais autrement.

 

Mais franchement, pour juste enlever un peu de sueur et un pet, quoi  de plus simple que l'eau froide ? Surtout avec un prélavage ? Et hop et hop, bé mon linge est super propre.

Repost 0
Published by bellelurette - dans bellelurette
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 03:06

je regardais une émission 'aut jour qui s'appelle... la parenthèse inattendue, un truc comme ça, pas sur du ttitre, mais il y a un trouc qui m'a touchée.

pascal avait deux portables. Dont un pour que son fils puisse le joindre jour et nuit. Douze ans il a le gamin.

J'aimerais  bien faire parti de la famille de Pascal, té !

en fait, j'aimerais bien faire parti d'une famille tout court, snif...

Repost 0
Published by bellelurette
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 23:48

Oui, je l'avoue, j'ai bu quelques boissons alcoolisées.

 

Bon tant que j'arrive à taper sur le clavier, sans faire trop de fautes, c'est bon, je ne suis pas encore trop bourrée.

 

Donc ce qui va suivre va être totalement décousu, au gré de mon humueur et de la musique de j'écoute.

 

En ce moment j'écoute une radio française, MFM, bon dans la journée, il y a un peu trop de pub, mais le soir, c'est génial.

 

Mon fils a eu trente-cinq ans lundi dernier. Donc je lui ai envoyé un chèque. Bé sa grand-mère aussi ! Et largement plus conséquent que le mien. Mon fils lui téléphone pour la remercier, et voilà la réponse qu'elle lui a dite : "je ne sais pas quoi faire de mon argent ". Pourtant elle a trois enfants, et plein de petits-enfants, je ne les compte plus, de toute façon, je ne fais pas partie de la famille.

 

Et ouaih, dès que tu divorces, tu divorces aussi de ta belle-famille, c'est nul !

 

Moi mamie Ginette restera toujours mamie Ginette, qui m'a servie de mère parfois. Et même que le 1er janvier, je l'ai appelée pour lui souhaiter la bonne année et qu'elle était toute contente, na.

 

Allez Julien Clerc (Mélissa), un de mes ex a appelé sa seule et unique fille Mélissa. C'est bien tout les prénoms en A.

 

Qui finissent en A. Claudia, Carla, Guieletta,

 

Toutes des bondasses !

 

Et les mecs en O...

 

Julio, Armando, Bienvedito

 

Tous des musclés.

 

Té je vais vous raconter une histoire vraie, mais rapide.

 

Saint Tropez, le temple du m'a-tu-vu.

 

j'avais 19 ans je crois, crinière au vent et sure de moi, je rentrais dans toutes les boites de nuit. Ce qui est fou en y repensant, c'est que jamais personne ne m'a manqué de respect.

 

J'avais pas un rond, c'était l'été, je vivais au jour le jour, je faisais un peu la manche pour me payer un croissant et un café. Et puis avec ma belle gueule, je me faisais des copains friqués qui m'invitaient sur leur yacht.. Et oui !

 

mais alors qu'est-ce que je me marrais dans mon for intérieur

 

Et puis je suis rentrée à Paris avec la gale et des poux.

 

Juliette a demandé un article morose pour lundi prochain, alors je relève le défi.

 

Mais restons donc un peu à Saint Tropez. Je crois que je vous cause dans les années 78-79 un truc comme ça.

 

On avait pris le train sans prendre de billet. Paris-le Sud, Train de nuit. Qui s'arrêtait de partout. Je crois que nous sommes sortis à Aix en Provence, il faisait un soleil radieux, alors que nous avions fuit la grisaille de Paname.

 

Et nous avons fait du stop direction St Trop. Pi là j'ai un trou, nous nous sommes séparés, et je ne l'ai jamais revu.

 

Mais alors St Tropez, l'été, qu'est-ce que c'est fun ! Enfin ce l'était lorsque j'avais l'âge que j'ai dit plus haut, car maintenant, plus jamais, ou alors si maintenant !

 

Oui, le 2 février, j'irais bien à St Trop, té, en plus en ce moment, il fait hyper bon, alors viens me chercher avec ton hélico, et pose toi gentilment place des Lyces..

 

Ah bon c'est pas possible, t'as plus de gaz ? Allez, arrête de me raconter des cracs, t'as rendez-vous avec une de ces blondasses, hein ?

 

Ayé, je vais pousser ma larmichette, à la radio, il y a Ziggi, chantée par Céline Dion.

 

J'adore cette chanson.

 

Té cela me fait penser au grand débat actuel, les homos. Bé quoi, les homos ? Depuis que le monde existe il y a toujours eu des homos. Quand on veut se marier, c'est que l'on veut que le monde entier reconnaisse que l'on s'aime, non ? Bon moi je me suis mariée par imbecillité et enceinte jusqu'aux dents.

 

Hi, au moins eux ils ne veulent pas se marier parce que l'autre va pas tarder à accoucher, lol, ah je viens de trouver une histoire drôle qui me fait rire...

 

nan mais franchement quand même, s'ils veulent se marier, bé qu'on les marient. Qu''est-ce qu'on en a foutre qu'ils ou elles aient un sexe, cela ne nous regarde pas.

 

Ah bé oui, mais ils ne peuvent pas procréer. Ou alors ils (elles) font appel à des mères porteuses.

 

C'est vrai, c'est dégueulasse. Il y a tant d'enfants qui meurent de faim dans le monde.

 

Mais bon sang, arrêter de faire des enfants. Que cela des hétéros, des filles mère ou je ne sais quoi, arrêtez.

 

Nous sommes déja trop nombreux, faut arrêter. Et ce n'est pas la première fois que j'évoque ce sujet sur ce blog qui me tient à coeur.

Faire un travail en profondeur en Afrique. Leur donner des preservatifs à tout va, en leur expliquant que d'une ça empêche de faire ploliférer le Sida et en plus, il y aura moins de gamins.

 

Je ne veux pas savoir ce qui ce passe au Mali, dès que je vois les infos, je zappe, c'est insupportable à mes yeux.

 

Tout ce que je pige, c'est que ce sont toujours et encore les hommes qui font la guerre.

 

Et les femmes elles font quoi ? Soit elles sont soumises, soit elles les attissent ?

 

Va-y mon gars, va mourrir pour notre cause.

 

Est-ce qu'une femme est capable de dire ça à un homme ?

 

Repost 0
Published by bellelurette
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 22:04

C'est demain que ma voisine du RDC part en cure.

 

Six jours en cure, et un mois et demi en post-cure.

 

Elle a la trouille comme c'est pas permis.

 

On a beau lui dire que les trois premiers jours,  elle sera totalement dans les vapes, elle a peur. Peur de la piqure, peur de se retrouver avec des gens bizarres, peur de tout.

 

Bien sûr elle va se retrouver dans un monde différent du sien. Pas de chat, pas de PC, pas d'amis et pas d'alcool.

 

Mais trois jours c'est quoi dans toute une vie ? Trois jours avec une girafe qui te suit partout où tu vas, c'est bon, c'est pas la mort.

 

"Ouaih mais si j'ai envie de fumer, on ne va pas m'interdire de fumer ?" Bé non, on ne va pas t'interdire de fumer, sauf dans les chambres. Alors tu te démerderas avec ta girafe à aller fumer ta clope sur un rebord froid dehors.

 

J'ai vécu trois cures. A la limite, je ne me souviens de rien, c'est si loin déja. Et j'ai recommencé à boire. Peut-être six ou neuf mois après je ne sais plus. Dans un moment de déprime alors que l'alcool ne soigne pas la déprime, bien au contraire.

 

Pour en revenir à ma voisine, elle, elle ne pas "être bien" sans avoir bu une bouteille de blanc.

 

Oh comme je lui souhaite de revenir pleine d'énergie. Qu'elle s'occupe enfin de son chez elle qui est un vrai capharnaüm. Enfin on a les clefs pour aller virer toutes ses bouteilles et ses poubelles. Et qu'en rentrant elle retrouve ses marques, qu'elle ait envie de construire sa vie. Elle n'a que 33 ans.

 

Et je lui souhaite surtout de ne pas pêter un plomb, ni pendant sa cure, et encore moins pendant la post-cure. Car on va lui imposer des activités, et elle n'aime pas qu'on lui impose des trucs. Mais je suis sûre qu'elle aura le choix parmi plein d'activités. Mais elle n'échappera pas au psy...

 

Moi je me rappelle, c'est un peu ce que je préférais. Enfin parler en tête à tête avec quelqu'un d'intelligent et qui prenait soin de moi. Après ma poste-cure, j'ai fait une psychalyse, enfin non, j'allais voir un psychothérapeute.

 

Pffff, nulle de chez nulle. J'arrivais, pleine de bon entrain, c'était elle qui me recevait avec des valoches sous les yeux, dans un grand silence, et dans une pièce toute sombre, pouark ça puait la mort . Et tout ce qu'elle savait faire, c'était de me renouveler des médocs, que je ne prenais plus d'ailleurs, mais elle ne le savait pas.

 

Cela n'a pas duré longtemps ! Pauvre femme, plus malade que moi elle était !

 

Ensuite j'ai entrepris une vraie psychothérapie. Bé après dix ans de cela (la psy a dû durer deux ans), je ne suis pas vraiment convaincue que cela m'ait fait du bien. Certes j'ai déballé mon enfance, mon ado, mon mariage, mon fils, le début de l'alcool, mon mal-être et tout le toutim, mais j'ai comme l'impression de ne pas avoir été soulagée.

 

J'ai un noeud quelque part et je n''arrive pas à m'en défaire. Même si je crois cerner le problème, je n'arrive pas à défaire ce noeud.

Repost 0
Published by bellelurette - dans bellelurette
commenter cet article
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 00:46

Pour raconter quoi ?

 

Ma petite vie de merde ?

 

Que je m'ennuie à cent sous de l'heure ?

 

Aaaaaaaaaaah si faut que je vous raconte.

 

 

On est quatre, deux hommes et deux femmes.

 

Tous aussi plus gueulards les uns que les autres.

 

Si il y a quelqu'un qui cause, et qui dit à l'autre quelque chose, l'autre le sait dans les 24h qui suivent, mais super déformé.

 

Alors le premier répète au second ce que le troisième a dit au quatrième.

 

Le quatrième, pas du tout au courant de ce qu'a dit le premier téléphone au troisième.

 

'bé quoi c'est quoi cette histoire ?"

 

S'en suit un long message suivi de longs visionnages de visu.

 

On se voit, on se dit tout mais on ne dit rien.

 

On se crache tout soudain à la gueule, histoire de savoir la vérité. Tous les quatre on parle ensemble, on n'y entend rien.

 

On se tape sur l'épaule, on se fait des "main dans la main" et des trucs de jeunes.

 

Mais on n'est pas d'accord. Sur rien, on n'est d'accord sur rien. Rien de politique ni de religieux ni rien qui fache, non, rien de tout cela, on n'est d'accord sur rien.

 

C'est épidermique. Dès que l'on est ensemble tous les quatre, ça démarre au quart de tour.

 

On s'aime mais il y en a toujours un qui pête un plomb. Qui va bouder dans un coin, et oh mon Dieu, faut pas le déranger.

 

En ce moment, celui qui pete un boulard, c'est celui qui nous accueille.

 

Certes, c'est sa maison. Son appart, celui pour qui il paye son loyer et le reste. De nous quatre, son appart est le plus grand, donc on se retrouve généralement chez lui.

 

Parcqu'il a une grande table.

 

Prête à accueuillir huit personnes alors que nous ne sommes que quatre.

 

Je connais les endroits des trois autres.

 

Déja chez moi, hum, comment vous dire ? C'est un bout de coin de rien du tout.

 

Chez ma voisine, c'est pire, il n'y a pas de table, un chiot qui vient te manger tes bouts de baskets, tu n'as qu'une envie, c'est où de jouer, mais comme l'autre est avachi à même le sol, c'est fuire.

 

Et le troisième, bé il habite trop loin, de l'autre côté du fleuve, faut se conditionner pour aller le voir. En plus c'est archi petit chez lui.

 

Mais paraitrait-il qu'il a fait le ménage !!! Et qu'il nous invite tous demain soir à 19h !!!!

Repost 0
Published by bellelurette - dans bellelurette
commenter cet article
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 12:33

Tiens la dernière blague du moment :

 

"toc toc"

 

"qui c'est ?"

 

"C'est Lapinou"

 

"Lapinou qui ?"

 

"Lapinou Year !!!"

 

Elle est con mais qu'est-ce qu'elle me fait rire ! Bon faut comprendre un peu l'anglais, mais là c'est fastoche, non ?

Repost 0
Published by bellelurette - dans bellelurette
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 04:28

PASSER DE LA VIE A TREPAS

 

ET QUE LA MORT S EN SUIVE

 

BOUGE PAS SINON T ES MORT

 

REGARDER QUELQU UN MOURIR

 

PASSER L ARME A GAUCHE

 

LA MORT CET INDIVIDU CRUEL AUQUEL ON NE POURRA PAS ECHAPPER

 

LA MORT

 

PREPARE TOI CAR TU N Y ECHAPPERAS PAS

 

LA MORT

 

C EST TON DESTIN

 

QUOIQUE TU FASSES

 

QUI QUE TU SOIS

 

C EST TA DESTINEE

 

CEUX QUI CROIENT EN LA REINCARNATION SE FONT DES FILMS

 

EN QUOI POURRAIS JE BIEN ETRE REECARNEE ?

 

LA MORT N A PAS DE LOI

 

LA MORT EST UN ACCIDENT MORTEL

 

CERTAINS DIRONT QU APRES LA MORT IL N Y A RIEN

 

IL N Y AVAIT RIEN AVANT ALORS ?

 

LA MORT

 

UN BANAL ACCIDENT

 

LA MORT EST LE NON SOUFFLE DE LA VIE

 

LA VIE ?

 

LA VIE EST L EXEMPLE MEME DE L EXISTENCE DE LA MORT

 

SANS LA VIE PAS DE MORT

 

LA MORT

 

L ABSENCE DE SOUFFRANCES

 

L INEXISTANCE

 

LA MORT

 

LE PARADIS L ENFER

 

LA MORT

 

CROIRE OU PENSER A UNE RENAISSANCE

 

OU CROIRE EN RIEN

 

LA MORT

 

L ACCEPTER OU LA REPOUSSER

 

LA MORT

 

VAIS JE ETRE ENTERREE OU INCINEREE

 

LA MORT S EN FOUT

 

LA MORT

 

SILENCE TOTAL

 

LA VRAIE MORT

 

SILENCE PLUS QUE TOTAL

 

OH COMBIEN QUE JE TE SOUHAITES

 

ET QUE JE VAIS T ACCUEILLIR

 

LA VRAIE MORT

 

SANS RESSUSSITER

 

LA VRAIE MORT

 

LA MORT

 

NE PLUS SAVOIR DONNER ET L ATTENDRE AVEC PRESQUE IMPATIENCE

 

SE DONNER A ELLE

 

LA MORT

 

IMPERTUBABLE ELLE EST LA ELLE RODE

 

LA MORT

 

ELLE VA T ACCUEILLIR DANS SON LIT FROID

 

LA MORT

 

SERA TON ETERNELLE AMANTE

 

LA MORT TE GUETTE

 

QUI QUE TU SOIS

 

D OU QUE TU VIENNES

 

ARABE JUIF CHRETIEN MAHOMETAIN

 

LA MORT T ACCUEILLE

 

LA MORT

 

DE SES GRANDS BRAS LANGOUREUX

 

LA MORT EST DU SEXE FEMININ EN FRANCAIS

 

LA MORT N A PAS DE SEXE

 

LA MORT

 

THE END

Repost 0
Published by bellelurette - dans bellelurette
commenter cet article

C'est Moi !

  • : Bellelurette
  • Bellelurette
  • : Ce qui me vient au jour le jour.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives